Les missions de l’UPF

Fondée en Mai 1987, à l’occasion du festival de Cannes, l’Union des Producteurs de Films rassemble le plus large spectre de la production cinématographique française : elle comprend les producteurs représentatifs des plus grands succès du cinéma français comme les producteurs de cinéma d’auteur.

Ses missions sont d’organiser, de défendre et de développer la production cinématographique, et en particulier de défendre les intérêts de ses membres.

Son objectif est de favoriser, en France comme en Europe, le renforcement d’une industrie du cinéma, capable de relever les défis du XXIème siècle.

Son action est multiple.

Elle s’attache à développer une réflexion stratégique sur le devenir du métier de producteur et sur l’évolution du secteur cinématographique au sein du paysage audiovisuel français et européen. C’est un enjeu crucial à l’heure où la révolution numérique modifie profondément les modes de consommation des films. L’UPF intervient auprès des autorités chaque fois qu’un de ses membres la saisit, voire s’auto-saisit si nécessaire.

Elle représente la profession auprès des autorités politiques et des administrations françaises et européennes. Le Ministre de la Culture et de la Communication est son interlocuteur privilégié, directement ou par l’intermédiaire du CNC ainsi que les conseillers Culture et Communication de l’Elysée et de Matignon. Les Ministères des Finances et du Travail sont chacun sollicités pour les sujets qui les concernent.
En Europe, l’UPF est représentée constamment auprès de la commission de Bruxelles à travers Eurocinéma, ce qui lui permet d’initier et d’infléchir au jour le jour l’élaboration des textes qui la concernent. Cette instance suit également les négociations internationales type Tokyo Round, OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle) ou convention pour la diversité culturelle auprès de l’UNESCO.

Ses interventions doivent assurer le développement et la protection des producteurs de cinéma, en leur permettant notamment le développement d’un environnement juridique et règlementaire favorable à leur activité. Cet environnement est en constante évolution et plus particulièrement à l’heure actuelle en raison des foudroyantes évolutions technologiques en cours. Il convient de surveiller et impulser les mesures qui permettent au secteur d’évoluer dans un contexte règlementaire favorable et adapté comme il l’a été par le passé.

L’UPF est également un acteur majeur des négociations contractuelles qui ne cessent de se dérouler : négociations avec les principaux financiers de leur activité que sont les chaînes de télévision généralistes, cryptées ou thématiques, négociations sociales, négociations avec les représentants des auteurs et des artistes etc

L’UPF milite résolument pour une fédération des producteurs qui réunirait toutes les organisations concernées et défendrait les intérêts vitaux de la production cinématographique sur le plan politique, en ne parlant que d’une seule voix. Parmi les autres organisations, le SPI appuie résolument cette démarche.

L’UPF est représentée par son président au Conseil d’Administration de Cannes. Il préside également l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma (les Césars). Margaret Ménégoz, membre de l’UPF, assure la présidence d’Unifrance. L’UPF est membre des divers organismes de répartition de droits tels que la Procirep, de traitement des questions sociales ( la FESAC, Audiens, Agessa), de formation aux métiers du spectacle (Afdas) et du Conseil National des Professions du Spectacle. L’UPF est également membre de l’ALPA, organisation de lutte contre la piraterie, dont elle soutient résolument l’action. Elle a été le co-fondateur de la Commission Nationale du Film qu’elle a présidée pendant 9 ans. Cette commission a développé un réseau de commissions locales favorisant le développement de prestations pour les tournages de films.

L’UPF est par ailleurs au service de ses adhérents pour traiter de toutes les questions qu’ils souhaitent : la veille juridique et sociale qu’elle assure lui permet de les assister dans leur vie quotidienne.
Les problèmes financiers, fiscaux ou autres que les producteurs portent à sa connaissance peuvent être traités collectivement d’une manière efficace afin de clarifier et simplifier la vie de chacun : l’UPF a ainsi eu à traiter avec succès de l’attribution du crédit d’impôt aux seules sociétés de production, d’une définition adaptée à leur activité de la taxe professionnelle…..

Le site Internet mis au service de ses adhérents a pour but d’intensifier les échanges et l’interactivité de sa communication et de rendre les informations nécessaires aux producteurs rapidement accessibles et exploitables. _