Comment (correctement) copier les cartes et importer dans FCP X

Nombre de problèmes avec Final Cut Pro X proviennent d’une MAUVAISE COPIE DES CARTES.
Je me permet de placer ici quelques captures et remarques à ce propos.
FCP X ne fonctionne pas comme Première. Ni comme Resolve ou AVID. Il a BESOIN (certainement pour la stabilité qu’on lui connait et qu’on apprécie plus que tout) de RÉEMBALLER LES FICHIERSde nos copies de cartes en .mov. Et pour cela il a besoin de RECONNAÎTRE les copies de carte. Et la seule chose qu’il lui faut c’est RECONNAÎTRE UN CERTAIN TYPE D’ARBORESCENCE DE DOSSIERS (peu importe le support : carte elle-même, copie de carte ou image disque de carte); sans quoi il ne réemballera pas les fichiers en .mov. Et là c’est le drame.
Donc COPIER TOUTE l’ARBORESCENCE de DOSSIERS d’une CARTE c’est l’ORTHODOXIE et ÇA MARCHE (et si après l’import FCP X rencontre un souci, on peut sereinement chercher ailleurs : problème de plug in, bug avéré de la version de FCP X sur laquelle on travaille, etc…). Ne pas le faire c’est d’avance l‘UNIVERS des PROBLÈMES possibles (et si après l’import on rencontre un souci, là il y a 90% de chance que le souci vienne de là.

Notes 1: Changer de carton mas pas de Codec

Notons que le réemballage effectué par FCP X est à voir comme un changement de carton. On passe donc d’un carton .mp4 par exemple à un carton .mov. Mais la cocote en papier qui se trouve dans le carton d’origine n’est absolument pas dépliée pendant le processus. Elle est juste changé de carton (de “conteneur” : .mp4 -> .mov) comme lorsqu’on trouve que le paquet cadeau qu’à fait le libraire est trop moche et qu’on veut le refaire. Il n’y a donc aucun réencodage et donc l’image obtenue dans FCP X est pixel pour pixel de la même qualité. Voilà pourquoi on dit que FCP X travaille en “Natif” malgré le changement de conteneur opéré. Contrairement à Avid par exemple qui quand on ne travaille pas en “AMA” encode tout en Dnx…

Notes 2: les métadonnées

Notons par ailleurs que de présenter à FCP X une arborescence de carte complète c’est aussi lui permettre d’exploiter les petits fichiers qui parfois accompagnent les fichiers vidéo. Ces petits fichiers sont tout plein de métadonnées qui sont parfois fort utiles. Un exemple concret est le fait que lorsqu’on a par exemple tourné une captation, notre caméra saucissonne parfois le plan en plusieurs fichiers de 2 ou 4 Go (pour des raisons qui la regardent). Notre plan est donc découpé en mille morceaux. Mais une métadonnées logée dans un de ces petits fichiers en informera FCP X. Sachant cela , FCP X va réemballer tous ces fichiers en un seul et même .mov. Ce qui à l’usage est tout de même beaucoup plus pratique que d’abouter 20 fichiers pour refabriquer une continuité une fois les plans importés (notamment lorsqu’il s’agit de constituer un multicam); ce qu’il se passera si on ne permet pas à FCP X de reconnaître que ce qu’on lui présente est une copie de carte. Et comment on fait ? ON COPIE L’INTÉGRALITÉ DES DOSSIERS DE LA CARTE ORIGINALE avant tout import !

Notes 3: si on veut pas, on teste

Un monteur averti voudra parfois ne pas respecter cette orthodoxie (je crois que quelqu’un avait une fois dit que son client souhaitait récupérer les .mxf de la carte plutôt que les .mov réemballés par FCP X). On peut souvent le faire . MAIS il faut faire des tests de workflow. C’est à dire tester le workflow de A à Z : de l’import jusqu’à l’envoi au mixage et à l’étalonnage . J’ai vu à une époque un film de 52 minutes dont le montage s’était parfaitement passé (malgré une mauvaise copie de carte et donc un montage sur des mp4) mais que manque de bol le monteur n’a pas pu envoyer au mixage car à l’époque X2Pro ne prenait pas en charge les mp4 de la Sony A7s … Relou non ? Heureusement le premier métier du monteur était mixeur. Il a sorti des “Stems” et c’est contenté de ça pour le mixage.

Notes 4: mts, les pires

Les .MTS sont les pires énnemis de FCP X. C’est une bibliothèque qui rame et des plans très difficiles à lire. Si par contre on donne une copie de carte toute bien complète à FCP X, il les réemballera en .mov et oh magie, FCP X deveindra hyper fluide. Donc ce ne sont pas les plans de telle ou telle caméra qui tourne en .mts qui posent problèmes à FCP X, c’est le fait qu’il n’ait pas pu les réemballer en .mov. Donc ??? ON COPIE L’INTÉGRALITÉ DES DOSSIERS DE LA CARTE ORIGINALE avant tout import ! 😉

Notes 5: ne pas confondre copie et réemballage

On confond souvent le problèmatique du sort des fichiers lors de l’import (“Copier les fichier dans la Bibliothèque” ou”Laisser les fichiers à leur emplacement”) avec cette question du réemballage. Si on présente une belle copie de carte à FCP X, il nous obligera à en copier les plans. On ne pourra pas les “Laisser à leur emplacement”. L’option sera grisée dans la fenêtre d’import. Beh oui, c’est parce qu’il a besoin de faire cette copie pour pouvoir réemballer les fichier en .mov. On ne remballe pas directement les fichiers de la copie de carte au sein même de cette copie pour ne pas en altérer par exemple l’exploitation dans un autre logiciel. Inversement, si je présente un copie de carte incomplète à FCP X, on pourrait se dire qu’il n’y qu’à choisir l’option “Copier dans la Bibliothèque” plutôt que “Laisser à leur emplacement” lors de l’import pour que le gentil FCP X réemballe les fichiers. Ben non, ça ne marchera pas. Ce n’est pas parce qu’on demande la copie que les fichiers sont remballés en.mov. C’est parce qu’on présente une copie de carte complète à FCP X… Ce sont donc deux assertions différentes et dans le QCM, il n’y a en qu’une de bonne : C’est “FCP X copie à l’import parce qu‘il veut réemballer les plans en .mov” et non “Je choisis de copier les plans à l’import pour que FCP X réemballe les fichiers en .mov”.

Notes 6:

Lorsqu’on détecte qu’un utilisateur a des soucis avec FCP X et que cela vient de ce problème de conteneur (et donc de copie de carte incomplète bla-bla-bla-on-a-compris), on lui conseille volontiers de créer des Optimisé. Effectivement dans ce cas, FCP X pourra pointer sur des fichiers en mov et donc on devrait moins galérer. Je n’ai pas assez de retour pour dire que cela solutionne les soucis. Théoriquement oui. Mais c’est quand même fâcheux de devoir créer des optimisés et assomer notre disque dur pour un tout petit problème de copie de carte (Un optimisés en 4K25p c’est 220 Go de l’heure. Donc pour 10 heures de rushes on tourne à 2To! )

 

Note 7 : un workflow pour gérer ces “doublons”

Une fois qu’on a compris que réemballage implique une copie de fichiers, on a aussi compris qu’on crée une nouvelle génération de fichiers … qui vont donc peser sur notre disque. C’est certain et c’est probablement une des raisons qui fait facilement que les malins ou les monteur expérimentés qui ont testé leur workflow préfèrent “faker” FCP X en modifiant par exemple le nom du dossier présent à la racine de la carte pour que FCP X ne reconnaisse pas une copie de carte et donc que l’option “Laisser les fichiers à leur emplacement” soit accessible et qu’il n’y ait donc pas copie. Mais rappelons qu’il est tout à fait possible de supprimer ces .mov à la fin du montage, au moment d’archiver le film. Et si jamais on a besoin de reprendre le film deux ans plus tard, on relancera l’import depuis les cartes pour recréer momentanément ces .mov et reprendre le montage. (voir image pour une petite astuce à connaitre lorsqu’on choisi de réimporter depuis des copies “DIRECTES” de cartes).
L’autre choses est qu’il est peut-être malin de placer ses copies de cartes sur un disque pas cher et pas sur le disque de travail. On les organisera par tournage et ce disque ne contiendra que des copies de cartes. On fera alors l’import depuis ce disque et une fois fait et puisque FCP X pointe désormais vers des copies de ces fichiers (en .mov donc), ce disque peut être débranché pour tout la suite du montage. Donc oui il y a copie mais d’abord ça n’alourdit que passagèrement notre disque de travail et ensuite on place les copie de cartes originales sur un disque pas cher parce qu’il n’a pas besoin d’être performant.

Note 8 :

Lorsqu’on récupère un film monté sur Premiere, on rencontre souvent des soucis. Et ils viennent généralement d’abord et avant tout de problèmes de conteneurs. Contrairement à FCP X, Premiere n’en a rien à fiche de réemballer les fichiers. C’est un gars cool (Tellement cool que c’est à se demander si son instabilité légendaire ne viendrait pas du fait d’être trop laxiste vis à vis des conteneurs. Mais c’est une autre question). Donc lorsqu’on importe l’XMl pour bosser sur FCP X, on lui demande de faire avec des fichiers dont le conteneur n’est pas forcément sa tasse de thé. Et on se retrouve donc avec les mêmes problématiques que précédemment. Alors comme on est malin, on se dit, attends, je vais réimporter les plans depuis les copies de cartes originales dans un bibliothèque “prétexte” et je relierais ensuite mes plans à ces jolis .mov. Sauf que d’abord, comme les monteurs Premiere n’ont jamais trop à se préoccuper de la complétude des copies de carte, beh il y a des chances que les copies de carte qu’on trouve ne soient pas…complètes. Bon mais imaginons que le cadreur ait bien fait son job. On réimporte tout, ça fait des .mov auxquels on tente donc de relier nos plans. Beh ça marche pas. Parce que très souvent FCP X ne veut pas relier des plans qui pointaientt sur des mp4 par exemple à des .mov…
Donc plutôt que de chercher milles trucs tordus, on demandera dans ce cas à notre gentil collègue de Premiere de consolider le film en ProRes 422, 422 HQ ou 444 selon les besoins, avant de générer l’XML.

note 9 : y a-t-ils des caméras/cartes qui font exception ?

Oui ! Ma petite blackmagic tourne en ProRes et en .mov par exemple. Elle ne génère que des fichiers et pas d’arborescence. M^me pas de dossier à la racine de la carte. Il n’y pas de petits fichier compagnons qui pourraient contenir des métadonnées. Je fais donc ce que je veux avec les fichiers et peux notamment les laisser à leur emplacement lors de l’import.
De manière plus générale, toutes les caméras qui tournent en .mov n’ont pas un besoin absolu d’être copiés scrupuleusement. Mais parfois ces fichiers en .mov sont accompagnés de petits fichiers tous légers qui contiennent des métadonnées qui pourront donc servir à FCP X. Si FCP X reconnait le dossier comme une véritable copie de carte, on le laisse faire même s’il nous oblige à réemballer les fichiers et donc à les copier. Il a une bonne raison de le faire.De manière générale, si c’est un premier essais avec une nouvelle caméra, on fait la copie complète de la carte et on regarde si FCP X nous oblige ou non à copier les fichiers. Si oui, c’est encore une fois que c’est nécessaire et qu’il a besoin de remballer les fichiers en .mov et on le laisse donc faire. Sinon et si c’est du .mov (et seulement si), on fait ce qu’on veut à l’import. Et à l’avenir on aura toute liberté de mettre le bazar qu’on veut dans les fichiers issus de la carte.
Voili Voilà.
Cet article est tiré d’un post publié sur le groupe Facebook https://www.facebook.com/groups/138381176281666
par Martin Gosset. Si cela vous a plu je vous invite à commander son guide FCPx, mis à jour régulièrement, sur son site : http://martingosset.com/